‘Le Jour où Mr Prescott est mort’ (1952-63) de Sylvia Plath : elle n’était plus là

Recueil publié par La Table ronde (collection La Petite Vermillon) en 2017 (première publication 1990). Réunit l’essentiel des nouvelles de Sylvia Plath (par ailleurs poétesse, Ariel, diariste et romancière américaine, autrice d’un unique roman, La Cloche de détresse, publié peu avant son suicide le 11 février 1963). Nouvelles traduites par Catherine Nicolas. La préface est … Lire la suite ‘Le Jour où Mr Prescott est mort’ (1952-63) de Sylvia Plath : elle n’était plus là

‘Le métier’ (1937) de Virginia Woolf : les sens cachés des mots comme des joncs dans le lit d’une rivière

Prononcé pour la première fois à la BBC le 29 avril 1937, ce texte, où Virginia Woolf s’interroge sur le métier d’écrire et sur le pouvoir des mots, a été publié chez Fata Morgana en 2013 dans une traduction de Dominique Aury, illustré par Pierre Alechinsky. Ce qui prouve, s’il fallait le prouver, que les … Lire la suite ‘Le métier’ (1937) de Virginia Woolf : les sens cachés des mots comme des joncs dans le lit d’une rivière

‘Une Main’ (1933) de Charles-Ferdinand Ramuz : commencer par la précision

Une main, édité en novembre 2018 aux éditions Zoé, est un journal de convalescence. 1931. Mois de janvier. Une plaque de verglas. Ramuz tombe et se brise l’humérus gauche. Il faut alors se remettre, se rééduquer, reprendre le travail qui tout d’un coup prend une autre dimension (ou bien sa véritable dimension se révèle-t-elle pleinement), … Lire la suite ‘Une Main’ (1933) de Charles-Ferdinand Ramuz : commencer par la précision

‘Les Ombres errantes’ (2002) de Pascal Quignard : l’utilité exubérante des choses inutiles (extrait)

Premier volume du Dernier royaume (qui en est à son dixième), Les Ombres errantes est paru chez Grasset en 2002. Les arbres qui ne peuvent pas être utilisés par les porteurs de lances, par les fabricants de palissades, par les fabricants de chariots, par les luthiers, par les fabricants de barques, connaissent l’utilité exubérante des … Lire la suite ‘Les Ombres errantes’ (2002) de Pascal Quignard : l’utilité exubérante des choses inutiles (extrait)

‘Moi et ma cheminée’ (1856) de Herman Melville : Loué soit Dieu pour la faillite !

Notes manuscrites sur Moi et ma cheminée (1856) de Herman Melville, recueil publié aux éditions Falaize en 1951 dans une traduction d’Armel Guerne. Suite au clavier : Et la cheminée est non seulement personnifiée mais déifiée : – Je considère ma cheminée, Monsieur, beaucoup moins comme une pile de maçonnerie que comme une personne. Elle … Lire la suite ‘Moi et ma cheminée’ (1856) de Herman Melville : Loué soit Dieu pour la faillite !