Livres lus en mai 2020

Martin Eden (1909) de Jack London, aux éditions Libretto, 2010 L’Oncle aquatique, et autres récits cosmicomics (1965) d’Italo Calvino, aux éditions Gallimard (2015) Nous avons tué Stella (1958) de Marlen Haushofer, aux éditions Actes Sud, 1999 Dans la mansarde (1969) de Marlen Haushofer, aux éditions Actes Sud, 2019 L’or (1925) de Blaise Cendrars, aux éditions … Lire la suite Livres lus en mai 2020

‘L’homme que les arbres aimaient’ d’Algernon Blackwood : tandis qu’ils parlaient, sa lisière s’était rapprochée

Regroupement de cinq nouvelles fantastiques de l’écrivain écossais Algernon Blackwood (1869-1951), auteur prolifique de romans mais surtout de nouvelles, à la vie mouvementée (on lira avec profit la postface de ce recueil paru aux éditions L’Arbre vengeur en 2017 dans une traduction de Jacques Parsons), assez négligé en France, que Lovecraft tenait pour le maître … Lire la suite ‘L’homme que les arbres aimaient’ d’Algernon Blackwood : tandis qu’ils parlaient, sa lisière s’était rapprochée

‘L’Amour est une région bien intéressante’ (1890) d’Anton Tchekhov : j’y vivrais volontiers un an ou deux

Paru dans la collection Rouge-gorge des éditions Cent Pages, édition dessinée par SP Millot et traduction de Louis Martinez, L’Amour est une région bien intéressante (quel titre) est un recueil de lettres et de notes de Tchékhov écrites lors de son voyage depuis Moscou et à travers toute la Sibérie vers l’île de Sakhaline (sur … Lire la suite ‘L’Amour est une région bien intéressante’ (1890) d’Anton Tchekhov : j’y vivrais volontiers un an ou deux

‘Mes amis’ (1924) d’Emmanuel Bove : jamais nous ne pourrions nous entendre

Réhabilité par l’éditeur bordelais L’Arbre vengeur, Mes amis, paru pour la première fois en 1924 grâce à l’appui de Colette, fut le premier roman d’Emmanuel Bove, écrivain de l’entre-deux-guerres, et lui valut un certain succès à l’époque, même si l’écrivain, tombé dans l’oubli des années durant après sa mort, resta plutôt modeste et discret de … Lire la suite ‘Mes amis’ (1924) d’Emmanuel Bove : jamais nous ne pourrions nous entendre